Analyses

  • Crise financière américaine: «La Chine paiera»

    Par

    En renflouant le système bancaire américaine placé sous la menace d'un tsunami financier, le gouvernement des Etats-Unis a fait s'envoler le niveau de la dette publique d'un pays déjà confronté à un endettement extérieur record. Et ce n'est pas fini. Principal créancier des Etats-Unis, la Chine s'inquiète et son ombre se profile déjà derrière les décisions récentes des autorités américaines.

  • Delanoë/Royal/Aubry : la guerre des ralliements

    Par
    Paradoxalement, en ne faisant plus de sa candidature à la tête du PS «un préalable», la présidente de Poitou-Charentes pourrait retrouver une bonne partie de ses soutiens à la primaire socialiste de 2006, en vue du congrès de Reims (16 novembre). Mais Bertrand Delanoë et François Hollande, réunis mardi soir lors d'un meeting commun, ont confirmé leur alliance. À une semaine du dépôt des motions, on s'éloigne du grand rassemblement espéré par certains.
  • Wall Street: la théorie des dominos

    Par
    L'annonce de la faillite de Lehman Brothers, la quatrième banque d'affaires de Wall Street, lundi 15 septembre, a replongé la planète financière dans la tempête. Mais c'était sans doute un point de passage obligé vers une sortie de crise. Après le refus des autorités américaines de mobiliser une nouvelle fois l'argent public, les principaux acteurs ne devraient plus pouvoir tergiverser.
  • Déficit budgétaire: l'UE ne lâche pas la France

    Par
    Crise économique ou pas, le gouvernement français devra respecter en 2009 le plafond de 3% du PIB pour le déficit des comptes publics. La "souplesse" dont les ministres des finances de l'UE ont décidé à Nice de faire preuve face à la baisse conjoncturelle des recettes fiscales bénéficiera aux bons élèves de la classe européenne. Les cancres, eux, restent sous surveillance.
  • Sarkozy, gloire, amours et vie privée vont relancer la téléréalité d'Endemol

    Par
    La société de production Endemol (Loftstory, etc.) s'apprête à tourner un film sur la vie privée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, entre Cécilia et Carla. La fiction est inspirée de deux livres écrits par des journalistes. La politique par les trous de serrure, le privé et le public, les vrais-faux secrets et quelques confessions distillées par nos célébrités: faut-il s'inquiéter de ce nouvel âge de la République?
  • La planète finance face aux événements extrêmes

    Par

    Le hors norme est-il la norme? Peut-on prévoir, prévenir ou à tout le moins s'assurer contre et limiter les effets des "événements extrêmes" qui, de l'affaire Kerviel à la crise des "subprime", frappent la planète financière avec la violence des ouragans dans le golfe du Mexique? Tentative de décryptage et ouverture du débat après la récente conférence sur ce thème organisée à Paris par la Banque de France et l'Ecole d'économie de Toulouse.

  • Et si la star Carlos Ghosn était un mauvais PDG de Renault?

    Par
    Renault a confirmé la suppression de 5.000 emplois en Europe. Les syndicats de Renault accusent le groupe de faire payer aux salariés un «échec» stratégique. Depuis sa nomination à la présidence en 2005, Carlos Ghosn a géré d'une main de fer le constructeur automobile. Mais lui a-t-il donné la capacité de se réinventer? Analyse. Lire aussi chez Renault, la grande saignée sociale est confirmée.
  • Afghanistan: cette guerre n'est pas la nôtre

    Par

    Lors de la session extraordinaire du Parlement, le 22 septembre, l'engagement français en Afghanistan fera l'objet d'un débat suivi d'un vote. Il ne fait guère de doute qu'une majorité de députés entérinera le choix solitaire de Nicolas Sarkozy de faire basculer la France dans la guerre. On voudrait ici convaincre les uns et les autres de dire clairement non à cette aventure.

  • Bayrou a fait un rêve

    Par

    Les socialistes ont un nouveau présidentiable. Il n'était pas à La Rochelle mais au cap Esterel. C'est là que François Bayrou a lancé dimanche son OPA sur une social-démocratie «en fin de cycle», esquissant une stratégie destinée à convaincre les socialistes, jamais nommés comme tels.

  • Les syndicats tentent l'union pour retrouver un peu de force

    Par
    Six syndicats ont convenu ce jeudi d'une journée de manifestation le 7 octobre. Un front uni pour tenter d'effacer des mois de divisions profondes entre organisations. Et l'incapacité du syndicalisme à infléchir le cap gouvernemental. D'après Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT qui a proposé cette journée aux autres syndicats, il y a urgence. Les salariés «souffrent». Et pour lui, c'est la «crédibilité» même de l'action syndicale qui est en jeu. Entretien audio et décryptage.