Analyses

  • A l’OMC, la France lance des peaux de bananes sur la voie d’un accord

    Par
    A Genève, la France ne se contente manifestement pas de présider, avec la neutralité requise, les conseils des ministres de l'UE en marge des négociations du cycle de Doha. Son comportement dans le conflit de la banane, qui oppose les pays producteurs africains et ceux d'Amérique latine, rappelle de précédentes tentatives de sabotage du cycle à chaque fois qu'un accord semble à portée de main.
  • A l’OMC, la France lance des peaux de bananes sur la voie d’un accord

    Par
    A Genève, la France ne se contente manifestement pas de présider, avec la neutralité requise, les conseils des ministres de l'UE en marge des négociations du cycle de Doha. Son comportement dans le conflit de la banane, qui oppose les pays producteurs africains et ceux d'Amérique latine, rappelle de précédentes tentatives de sabotage du cycle à chaque fois qu'un accord semble à portée de main.
  • La Serbie livre Karadzic au reste de l'Europe

    Par
    Le présumé criminel de guerre serbe Radovan Karadzic a été arrêté hier dans un faubourg de Belgrade. Il sera prochainement transféré devant le Tribunal pénal international à La Haye afin de répondre de quinze chefs d'inculpation, dont le siège de Sarajevo et le massacre de Srebrenica en 1995. L'Union européenne, qui avait mis la Serbie sous pression depuis quelques années, se frotte les mains.
  • OMC: ce qui va se négocier à Genève

    Par
    Une fois encore, les principaux acteurs du cycle de Doha se sont donné rendez-vous en juillet au siège de l'OMC, sur les rives du lac Léman, pour une «réunion de la dernière chance» pour des négociations commerciales multilatérales lancées en novembre 2001. Les négociateurs ont présenté le 10 juillet deux textes sur l'agriculture et les tarifs industriels qui offrent à la trentaine de ministres réunis à Genève à partir du 21 juillet une bonne visibilité sur les choix politiques qu'ils doivent assumer. Un échec condamnerait le cycle, peut-être définitivement.
  • L'affaire «Charlie Hebdo» ou la caricature de l'époque

    Par
    Avec son hystérisation de notre vie publique, où toute l'actualité semble tourner autour de lui seul, promu petit Roi Soleil d'une nation stupéfaite, Nicolas Sarkozy est en passe de réussir son pari: rendre folle notre presse pour que nous n'y comprenions plus rien, pour que le faux semble vrai, pour que l'accessoire l'emporte sur l'essentiel. Loin d'être mineure, la crise picrocholine qui agite actuellement l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo relève de ce registre. Allons-nous assister à l'ultime normalisation médiatique, celle qui, s'agissant des puissants et des puissances, bannit l'humour, la caricature, l'insolence, les mauvaises pensées et le mauvait goût? Tentative de décryptage et ébauche de discussion.
  • Les Américains reprennent langue avec les Iraniens

    Par
    Trente ans après la fermeture de leur ambassade à Téhéran, six ans après le discours sur «l'axe du mal», les Etats-Unis ont décidé d'envoyer un diplomate de très haut niveau à Genève pour discuter avec le représentant de Téhéran sur la question du nucléaire. Ils envisageraient même de renouer des relations diplomatiques avec l'Iran.
  • Déficits publics : scénario noir pour l'année 2009

    Par
    Les déficits publics français, qui devraient être contenus sous la barre des 3% en 2008, pourraient crever ce plafond européen en 2009. Croissance zéro, tarissement des recettes, dépenses imprévues: c'est un scénario noir qui se dessine pour les finances publiques, malgré les mesures d'économies brouillonnes du gouvernement. C'est l'enjeu du «débat d'orientation des finances publiques», qui a lieu mardi 15 juillet au Parlement.
  • «Valse avec Bachir», la puissance de l'imaginaire et les loupés de Cannes

    Par

    Valse avec Bachir, documentaire d'animation de l'Israélien Ari Folman, est sur les écrans depuis le 25 juin. Il faut voir ce film : pour son propos et son esthétique. Mais aussi parce qu'il dit, en creux, les frilosités d'un certain cinéma du réel aujourd'hui. Extraits vidéo et analyse de Abnousse Shalmani.

  • Carla Bruni-Sarkozy: ce qu'elle nous dit de la politique

    Par

    «Comme si de rien n'était» est le nouveau disque de Carla. Et, comme si de rien n'était, Carla Bruni-Sarkozy ne cesse de parler politique depuis son mariage. Chanteuse gnangnan ou talentueuse, c'est selon, elle soigne son rôle de composition pour mieux faire passer les messages. Carla ne fait pas que vendre son "mari Président qui travaille beaucoup". Elle parle de la gauche, qui ne vaut plus grand-chose, de la famille et des traditions, de la liberté de la presse, de Brice Hortefeux, si sympathique. Valeurs, pathos et minaudements: décryptage d'une stratégie.

    Christian Lehmann ausculte la novlangue sarkozyenne

    Médecin et écrivain, il a publié un essai remarqué sur le discours sarkozyste, Sarkolangue. Dans un entretien à Mediapart, il décrypte les récents discours présidentiels et ceux de certains ministres qui usent et abusent d'une novlangue politique d'un genre nouveau, propre à détruire tout ce qui constitue le « sens » d'un discours. Pour lire l'entretien, cliquez ici.

  • Notre abécédaire pour s'y retrouver dans les 21 contributions socialistes

    Par
    Mediapart a lu pour vous les 21 contributions enregistrées par le bureau national du PS, et qui présentent les différentes orientations du parti avant le congrès de Reims. Inégaux, dans la forme comme dans le fond, ces textes représentent la diversité d'une organisation en quête d'une nouvelle direction. Seconde partie de notre abécédaire, de N comme "Non-cumul des mandats" à Z comme "Zone rouge". En cliquant ici, retrouver la première partie (de A à M). Lire aussi l'analyse de Laurent Mauduit sur l'aspect économique de ces contributions.