Enquetes

  • Le grand gâchis de la «fac Pasqua»

    Par

    Inaugurée en 1995, l'université privée Léonard-de-Vinci – surnommée «fac Pasqua» en référence à son fondateur et actuel président – voit sa subvention publique diminuée de 3,2 millions d'euros et ses locaux amputés de moitié. Un rapport pointe l'échec financier d'une opération qui aura au total coûté un demi-milliard d'euros au département des Hauts-de-Seine. Mediapart a rencontré Charles Pasqua qui se dit déterminé à ne pas laisser son successeur Patrick Devedjian dilapider l'héritage. Lire également : un choc frontal dans les Hauts-de-Seine.

  • Révélations sur la "caisse noire" de l'UIMM

    Par et

    Pour la première fois, des témoins brisent le silence qui entoure la "gestion" de la caisse noire de l'UIMM. Des «enveloppes» transportées par un collaborateur de Matignon du temps d'Edith Cresson puis de Pierre Bérégovoy, des parlementaires «achetés» en 1995, des syndicats «arrosés»... Mediapart révèle les nouveaux éléments recueillis par le juge Le Loire, susceptibles de relancer l'enquête sur l'organisation patronale. Lire également les réactions des responsables syndicaux.

  • Révélations sur l'affaire de l'UIMM

    Par et
    Des « enveloppes » remises à Matignon du temps d'Edith Cresson puis de Pierre Bérégovoy, des parlementaires «achetés» en 1995, des syndicats « arrosés » ... Mediapart révèle les nouveaux témoignages recueillis par juge Le Loire, susceptibles de relancer l'enquête sur l'UIMM.
  • Révélations sur l'affaire de l'UIMM

    Par et
    Des « enveloppes » remises à Matignon du temps d'Edith Cresson puis de Pierre Bérégovoy, des parlementaires «achetés» en 1995, des syndicats « arrosés » ... Mediapart révèle les nouveaux témoignages recueillis par juge Le Loire, susceptibles de relancer l'enquête sur l'UIMM.
  • Mais qui a bousculé Jin Jing?

    Par

    Depuis le passage chaotique de la flamme olympique à Paris, la porteuse de torche handicapée Jin Jing est devenue l'héroïne du peuple chinois. Pour les internautes chinois, son «agresseur» est devenu l'homme à abattre. La police française mène l'enquête et les premières gardes à vue, débutées vendredi, sèment le trouble dans la communauté tibétaine à Paris.

  • Le palais de la Découverte, victime de la réforme de l'Etat?

    Par
    Au nom de la réforme générale des politiques publiques, le palais de la Découverte et la Cité des sciences doivent être regroupés en une seule unité administrative. Cette réforme met en péril la spécificité d'un musée unique en France, créé sous le Front populaire pour offrir au grand public l'accès aux savoirs fondamentaux de la science.
  • Omar Bongo, un allié avec lequel la France ne peut pas se fâcher

    Par
    Depuis la visite le 10 avril du nouveau secrétaire d'Etat français à la coopération, les deux pays vivent de nouveau une lune de miel. La flambée des matières premières a relancé l'intérêt des Français pour l'Afrique, continent où le Gabon semble le dernier point d'ancrage solide d'un pré carré français en délitement.
  • Affaire Betancourt: six ans de non-dits, d'échecs et de manipulations

    Par
    Depuis qu'Ingrid Betancourt a été capturée par les FARC en Colombie en février 2002, la France n'a pas ménagé ses efforts pour la faire libérer. Quitte à occulter les raisons initiales de ce dévouement et à verser, les années passant, dans une diplomatie publique que beaucoup jugent aujourd'hui néfaste.
  • La Charente expérimente le RSA et «ça fonctionne»

    Par
    Alors que se pose la question de la généralisation du revenu de solidarité active (RSA), reportage à Angoulême, en Charente, dans l'un des 34 départements qui testent le dispositif mis en place par le haut commissaire Martin Hirsch. Résultat : le coût est important, mais le dispositif semble déjà efficace.
  • Comment les députés oublient la loi pour leurs collaborateurs

    Par
    Ségolène Royal vient d'être condamnée pour ne pas avoir rémunéré deux ex-assistantes parlementaires. Mediapart s'est procuré un courrier signé des trois anciens questeurs de l'Assemblée qui montre que les députés peuvent licencier leurs collaborateurs «pour motif personnel» à la fin de leur mandat.