Rozenn Le Saint

Spécialisée en santé-social Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Don du sang: des investisseurs privés arrivent, la recherche publique freinée

    Par
    Nicolas Leray, donneur de plasma, et Bénédicte Capron, infirmière à l'EFS, à Paris. © RLS Nicolas Leray, donneur de plasma, et Bénédicte Capron, infirmière à l'EFS, à Paris. © RLS

    LFB, le fabricant français de médicaments à partir de dérivés du sang, ouvrira son capital à des investisseurs privés d’ici à la fin de l’année. La nouvelle direction entend tripler sa production à partir de 2024, se concentrer sur les remèdes et les marchés les plus rentables. Quitte à se fournir de plus en plus en plasma à l’étranger, où les donneurs sont payés. En France, le débat sur l’indemnisation est relancé.

  • Les petits-enfants Dépakine: une nouvelle génération de victimes du médicament?

    Par

    Près de 100 petits-enfants de femmes qui ont pris de la Dépakine pendant leur grossesse présentent de graves malformations ou troubles neuro-développementaux, selon les informations recueillies par Mediapart. L’association de victimes Apesac demande en vain au ministère une étude sur les potentiels effets transgénérationnels du médicament.

  • Les victimes d’un médicament antipilosité poursuivent le laboratoire Bayer

    Par
     © DR © DR

    Androcur, traitement destiné à réduire la pilosité, a été détourné pour être prescrit en cas d’acné et comme contraceptif, alors qu’il provoque des tumeurs au cerveau. Au moins 500 cas ont été recensés dans l’Hexagone en dix ans. Selon nos informations, pour la première fois, trois victimes ont déposé un recours en justice contre Bayer, le fabricant de ce médicament pris par 89 000 Françaises.

  • Les victimes d’un traitement anti-calvitie poursuivent le laboratoire MSD

    Par
    capture-d-e-cran-2019-03-12-a-18-13-20

    Le Propecia®, un médicament à base de finastéride contre la chute des cheveux, provoque des dépressions et des troubles sexuels. Selon nos informations, pour la première fois, trois Français ont déposé un recours en justice contre le laboratoire MSD, alors que 30 000 Français prennent ce traitement et que des associations lui imputent plusieurs dizaines de suicides dans le monde. L’audience aura lieu le 4 juin.