«Première année»: le mal par le mal

Par
Une image de « Première année » : au centre, Vincent Lacoste et William Lebghil. Une image de « Première année » : au centre, Vincent Lacoste et William Lebghil.

En salle depuis mercredi 12 septembre, Première année est le troisième film consécutif de Thomas Lilti sur la médecine. Deux étudiants affrontent l’épreuve fatidique du numerus clausus. Charge contre le formatage ou au contraire éloge trop bien calibré de la réussite scolaire ? Tentative de diagnostic.

La langue de Pierre Guyotat, du côté de tous

Par Tiphaine Samoyault (En attendant Nadeau)
Pierre Guyotat © DR Pierre Guyotat © DR

Quatrième étape du chemin autobiographique de l’œuvre de Pierre Guyotat – après Coma, Formation et Arrière-fond –, Idiotie montre comment toutes les formes de la révolte sont des conduites politiques de l’art. Il s'est vu décerné, le 6 novembre 2018, le prix Médicis.

La langue arabe est un outil d’ouverture dans une France refermée sur elle-même

Par

Les préventions grotesques contre la langue arabe relèguent la France dans son obscurantisme monoglotte. La diversité fait la richesse, comme le montrent trois linguistes nés en Tunisie, Henriette Walter, Claude Hagège et Louis-Jean Calvet, qui plaident inlassablement en faveur d'un multilinguisme comme antidote aux nécroses identitaires.

Javier Cercas: «Le passé n’est pas passé»

Par et

Explorer lucidement le passé et sa survivance au cœur du présent, pour éviter la répétition du tragique. Telle est la tâche que s’est assignée l’écrivain Javier Cercas dans Le Monarque des ombres, qui mêle fiction et essai historique.

Rentrée littéraire: quelle histoire!

Par

Les guerres du XXe siècle traversent bien des récits de cette rentrée littéraire. Une nécessité s’impose visiblement à la littérature aujourd’hui : batailler avec l’Histoire, et pas n’importe laquelle, celle des violences. Bref tour d’horizon de la rentrée, en quelques livres français et étrangers.

Raphaëlle Branche: «Il était temps que l’Etat admette sa responsabilité»

Par

L’historienne Raphaëlle Branche, dont les travaux avaient établi l’ampleur et le caractère systémique de la torture pendant la guerre d’Algérie, réagit à la déclaration d’Emmanuel Macron. « L’acte politique est posé », se réjouit-elle. « Cela me paraît important comme historienne, parce que cela fait vingt ans que les faits sont établis », ajoute-t-elle.

La rage française au miroir de Jacques Doriot

Par
capture-d-e-cran-2018-09-12-a-15-18-14

France 3 diffuse à 23 h 55, ce jeudi, un excellent documentaire de Joseph Beauregard consacré à Jacques Doriot. Une occasion capitale de réfléchir à la trajectoire, grosse d’enseignements, d’un fasciste français.

Pierre Rosanvallon: «Il faut comprendre les échecs de la démocratie pour mieux la développer»

Par
 © Mediapart © Mediapart

Pierre Rosanvallon publie Notre histoire intellectuelle et politique. Un bilan de quarante années d’engagement, autant qu’une réflexion sur l’histoire de l’émancipation. Il répond aux questions de Joseph Confavreux et Edwy Plenel, sur son itinéraire et le combat contemporain pour la démocratie. 

Entretien avec Bernard Lavilliers, «chanteur populaire» et engagé

Par
 © Mediapart © Mediapart

Avec une vingtaine d’albums à son actif, Bernard Lavilliers a mené une carrière d’auteur et d’interprète en prise directe avec les désordres comme avec les beautés du monde. Entretien au long cours avec le chanteur, qui vient de publier un recueil de ses textes et nous annonce un prochain voyage en Argentine.

La Mostra consacre le cinéma selon Netflix

Par
Sur le tournage de «Roma». © DR Sur le tournage de «Roma». © DR

Coup de tonnerre : le Lion d’Or de la Mostra de Venise vient d’être attribué, pour la première fois, à un film produit et distribué par la plateforme de streaming américaine. De quoi fâcher les exploitants de salles, qui s’obstinent à croire que les deux sens du mot cinéma – le lieu, la discipline – restent superposables.