Delphine Horvilleur, rabbin: «On avance vers un ailleurs»

Par
visuel-horvilleur

Comment la religion peut-elle penser l’après-demain, entre importance de l’origine et attente de la fin des temps ? Et que seront les religions dans l’avenir, entre « retour du religieux » et sécularisation accrue ? Entretien avec le rabbin Delphine Horvilleur.

«Blood Simple», le baptême de sang des frères Coen, sort en version restaurée

Par
Dan Hedaya dans « Blood Simple » © River Road Productions (1984) Dan Hedaya dans « Blood Simple » © River Road Productions (1984)

Trente-quatre ans après, le premier film des frères Coen ressort en restauration 4K dans une quinzaine de salles françaises. Sang pour sang retrouve son titre original : Blood Simple, ou comment traiter le film noir à la façon d'une nature morte.

Véronique Decker, directrice d'école: «Les écoles alternatives participent à l’apartheid social comme les écoles privées»

Par
visuel-decker

Alors que l’avenir de l’école semble souvent se réduire à un alliage étrange de neurosciences et de retour de la blouse, comment imaginer une autre école qui ne serait pas une école alternative réservée aux catégories privilégiées. Entretien avec Véronique Decker, directrice d’école à Bobigny.

L’artiste Kader Attia remonte aux racines coloniales de l’architecture

Par
Barrière anti-émeute, "Les racines poussent aussi dans le béton", MAC VAL. © Rachida El Azzouzi Barrière anti-émeute, "Les racines poussent aussi dans le béton", MAC VAL. © Rachida El Azzouzi

Figure de la scène artistique internationale, l’artiste franco-algérien Kader Attia expose au MAC VAL, dans le Val-de-Marne, une réflexion sur l’architecture, notamment celle de l’après-guerre, empreinte d’une violence coloniale, impériale, et son rapport aux corps.

François Gemenne, chercheur: «Il ne faut pas une transition, mais une révolution»

Par
visuel-gemenne

Le climat est un des rares domaines où il existe des modèles scientifiques prédictifs sans cesse réactualisés permettant de se projeter dans l’avenir. Pourtant, celui-ci apparaît au mieux incertain, au pire terrifiant. À moins d’une révolution à la fois politique, mentale et narrative. Entretien avec le chercheur François Gemenne.

Jacques Rancière: «Macron est le pur et simple représentant du capital»

Par et

Dans son dernier ouvrage, le philosophe Jacques Rancière repose les conditions d’une politique pour le temps présent qui puisse échapper autant à la « gestion experte du présent », à « l’optimisme officiel », au « catastrophisme ambiant » qu’au grand récit de la « nécessité historique ». Entretien.

Patrick Boucheron, historien: «Une obscurité qui ne fait que s’épaissir»

Par
visuel-boucheron

« Ce que peut l’Histoire » était le titre de la leçon inaugurale donnée par l’historien Patrick Boucheron lors de son entrée au Collège de France. L’histoire, comme discipline, comme écriture ou comme enseignement, peut-elle alors aller plus loin que « jusqu’à nos jours » et nous aider à penser le monde « après-demain » ? Entretien.

Aux amis de la «Negro Anthology»

Par Pierre Benetti (En attendant Nadeau)

Pour la première fois depuis sa parution en 1934, la Negro Anthology, éditée par la formidable figure d’avant-garde artistique et politique Nancy Cunard, reparaît en version originale : un livre monumental, qui documente les violences contre les Noirs et célèbre les cultures héritées d’Afrique à travers le monde.

«Paul Sanchez est revenu!»: Patricia Mazuy entre retour et détour

Par
Zita Hanrot et Laurent Lafitte dans « Paul Sanchez est revenu ! ». Zita Hanrot et Laurent Lafitte dans « Paul Sanchez est revenu ! ».

La grande Patricia Mazuy revient en salle après six ans d’absence. L’histoire d'un retour, entre polar et comédie, France et Amérique, désir de fiction et vraie colère sociale. Paul Sanchez est revenu ! : un beau film.

Barbara Cassin, philologue: «La traduction est aux langues ce que la politique est aux hommes»

Par
visuel-cassin

Si la traduction est un « savoir-faire avec les différences », penser ce que sera la traduction dans un futur proche ou lointain est nécessaire pour imaginer de quoi notre monde sera fait, et pour chercher à « compliquer l’universel » face aux enracinements identitaires comme aux nivellements globalisants.