Dossier Ouvrez l'Europe #OpenEurope

Réfugiés : comment certains maires se mettent en ordre de bataille

Migrations

Jusqu’à présent silencieux face au drame qui se joue depuis plusieurs mois aux portes de l’Europe, des dizaines de maires se disent prêts à accueillir des réfugiés. À eux, désormais, de transformer ces paroles en actes, alors que quelques dizaines de réfugiés sont arrivés mercredi en France, conformément à l'engagement de François Hollande.

Accueil des réfugiés: qui s’engage dans l'UE, à quelle hauteur

Migrations

Lors de son premier «discours sur l’état de l’Union», mercredi 9 septembre à Strasbourg, le président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker, devrait proposer une nouvelle répartition – cette fois-ci obligatoire – de 120 000 demandeurs d’asile entre les Vingt-Huit. Alors que l'Allemagne a vu affluer 20 000 exilés le week-end dernier, la France devrait en accueillir 24 000 sur deux ans.

L’Allemagne doit relever le défi de l’intégration

International

Berlin a annoncé le déblocage de 6 milliards d’euros pour aider les communes à accueillir les réfugiés. Malgré sa bonne santé économique, comment l’Allemagne va-t-elle pouvoir intégrer dans son économie ces milliers de personnes? Reportage en Bavière.

Réfugiés: en Pologne, la solidarité de la société contraste avec l'égoïsme du pouvoir

Europe

Au pays de Solidarność, les initiatives pour accueillir des réfugiés syriens se multiplient. Elles viennent de la société civile, de l’Église, des mairies… Tandis que les politiques, complètement à contre-courant et les yeux rivés sur les prochaines élections, ont freiné un maximum sur la question des quotas.

Vingt ans passés à se heurter aux frontières de l'Europe

International

« Shamal » a quarante ans. Kurde d’Irak, il a passé plus de la moitié de sa vie à se cogner aux frontières de l’Europe. Du Kurdistan à la Grèce en passant par la Turquie, l'Italie puis la France, son errance est un réquisitoire sans appel contre une Europe forteresse qui broie ceux qui tentent comme ils le peuvent d'échapper au chaos. Témoignage.

Dans le train de nuit pour Düsseldorf, avec Hani, Sami, Feteyan et Muhammad

Migrations

Mediapart a suivi quatre Syriens dans le train de nuit de Vienne à Düsseldorf.

Réfugiés: ces images d'enfants qui font vaciller les opinions publiques

Migrations

Partout en Europe, les photos d'Aylan Kurdi, âgé de trois ans, retrouvé mort sur une plage turque suscitent un électrochoc. Vont-elles faire basculer les opinions publiques en faveur des réfugiés? Pourquoi ces images ont-elles fait la Une de nombreux journaux et pas d'autres?

Pour une solidarité avec les migrants et réfugiés

International

Une Europe impuissante, fermée, incapable de développer une politique d'accueil et d'asile : face à la crise sans précédent des migrants, ce sont des solidarités citoyennes, des individus, des associations, qui n'ont cessé de se développer dans les différents pays européens pour aider ces personnes en détresse.

En Autriche, des milliers de migrants découvrent «l’humanité»

International

Près de vingt mille réfugiés ont pu sortir de Hongrie et rejoindre l'Autriche et l'Allemagne, où ils vont pouvoir demander l'asile. Après des jours de harcèlement par la police hongroise, ils ont pu découvrir un autre visage de l'Europe .

Réfugiés : la droite est prise à son propre piège

France

Depuis la parution des photos de l'enfant syrien, la droite française se heurte à ses propres contradictions. Engoncé dans ses positionnements électoraux et sa quête des électeurs FN, le parti de Nicolas Sarkozy peine à trouver un équilibre. Et sombre, une fois de plus, dans le grand n'importe quoi.

Réfugiés : le PS commence à sortir de sa léthargie

France

Effet de la terrible photo de l'enfant syrien retrouvé mort sur une plage turque ? Le PS appelle à accueillir des réfugiés et François Hollande annonce une initiative commune avec l'Allemagne. Depuis des semaines, le parti au pouvoir et les ministres marchent sur des œufs, tétanisés par l'extrême droite.

« Etre là, c'est le minimum »

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté, samedi 5 septembre, leur solidarité avec les réfugiés à Paris, place de la République. Des rassemblements ont également eu lieu à Vannes, Marseille, Rouen, Vannes, Arles, Strasbourg, Toulouse, Nice ou Briançon. Si elle est loin d’être massive, cette mobilisation tranche avec les rassemblements assez maigres des mois précédents, lancés à l’appel d’associations d’aide aux migrants ou de partis politiques. Le mouvement, #PasEnNotreNom, qui se veut apolitique, « citoyen » et « spontané », a été lancé sur les réseaux sociaux, à l’initiative notamment de l’intellectuel Raphaël Glucksmann. Il a pris de l’ampleur ces derniers jours, à la faveur de l’émotion suscitée par la publication du cliché du petit Aylan Kurdi, enfant syrien de trois ans mort sur une plage turque. Au départ réticents, plusieurs collectifs et associations d’aides aux migrants, comme la Cimade, se sont finalement joints au mouvement. Des représentants du PS, du Front de gauche, d’EELV et du NPA étaient aussi présents. Portraits. 

L’hypocrisie française, l’exemple allemand

Migrations

Le pouvoir français refuse de prendre la mesure de l'ampleur de la crise des réfugiés. C'est tout le contraire en Allemagne où droite et gauche mènent une pédagogie politique active et revendiquent l'accueil de centaines de milliers de personnes.

Au nord de la Suède, les réfugiés peinent à trouver le repos

Migrations

La Suède est le pays de l'Union européenne qui accueille le plus de demandeurs d'asile au regard de sa population. L'État héberge les personnes dès leur arrivée, mais les centres d'accueil peuvent être très excentrés. Mediapart s'est rendu à Porjus, en Laponie.

En Espagne, un «réseau de villes-refuges» se met en place

Europe

À l'initiative de Barcelone, des villes « indignées » se mobilisent pour accueillir davantage de réfugiés, et lancent des campagnes de solidarité. Leur objectif: faire pression sur le gouvernement de droite de Mariano Rajoy, qui se crispe sur le sujet à l'approche des élections générales.

A Istanbul, trois familles syriennes en appellent à l'Europe

Europe

Plus d'1,8 million de Syriens sont réfugiés en Turquie. Tous les dispositifs d'accueil mis en place sont devenus inopérants face à un tel nombre, malgré la longue tradition d'accueil du pays. Rencontre avec trois familles syriennes installées à Istanbul. Tous leurs membres racontent la précarité complète de leur situation et leur projet : gagner l'Europe.