Amélie Poinssot

Après des années de correspondances en Pologne puis en Grèce, expérience qui m'a amenée à travailler pour des médias aussi divers que La Croix, RFI, l'AFP... et Mediapart, je rejoins la rédaction en février 2014.

Pendant plus de cinq ans, j'y couvre l'actualité européenne, de la crise des dettes souveraines à la crise de l'accueil des réfugiés, en passant par la montée des nationalismes, mais aussi les mobilisations sociales dans les différents pays et les débats sur les alternatives possibles en Europe.

En mars 2019, je publie une enquête intellectuelle sur le Premier ministre hongrois, Dans la tête de Viktor Orbán (Actes Sud).

A l'été 2019, je change de secteur. Désormais, je travaille sur les thématiques liées à l'agriculture : agro-business, lobbys, risques sanitaires, impacts environnementaux, alternatives.

Consulter ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • En Grèce, le procès des néo-nazis d'Aube dorée s'ouvre enfin

    Par
    Mohamed Saad a échappé de peu à la mort en 2012. © Amélie Poinssot Mohamed Saad a échappé de peu à la mort en 2012. © Amélie Poinssot

    Ce lundi 20 avril s'est ouvert un procès fleuve dans la métropole athénienne: celui d'Aube dorée, organisation néo-nazie qui compte 17 députés au Parlement. Responsable de plusieurs agressions de Grecs et d'immigrés, elle a agi en toute impunité jusqu'en septembre 2013, lorsque l'assassinat du chanteur Pavlos Fyssas a entraîné l'ouverture d'une enquête. Après deux heures d'audience, le procès a été suspendu jusqu'au 7 mai.

  • Grèce: Syriza défend ses trois premiers mois au pouvoir

    Par
    Prestation de serment du gouvernement Tsipras, le 27 janvier 2015 © Reuters Prestation de serment du gouvernement Tsipras, le 27 janvier 2015 © Reuters

    Qu'a pu faire en trois mois de pouvoir le gouvernement d'Alexis Tsipras ? Si les débats font rage au sein de Syriza, si les pressions des Européens et de la Troïka n'ont pas cessé, si l'Allemagne souffle le chaud et le froid, le nouveau pouvoir grec réussit tout de même à avancer pas à pas. Ministres et députés expliquent cet apprentissage du pouvoir.

  • Génocide arménien, « le centenaire d'un négationnisme »

    Par

    Le pape a employé, pour la première fois ce dimanche 12 avril, le terme de génocide pour parler du massacre des Arméniens de 1915. La Turquie a aussitôt réagi, annonçant le rappel à Ankara de son ambassadeur au Vatican. Rencontre avec la sociologue turque Pinar Selek, auteur de Parce qu'ils sont arméniens. Elle y décrit comment le négationnisme a « construit la conscience et le regard non seulement des Turcs en général, mais aussi des contestataires et des Arméniens eux-mêmes ».

  • Tsipras à Moscou: les raisons d'un rapprochement

    Par
    Alexis Tsipras, à Moscou mercredi et jeudi. © Reuters Alexis Tsipras, à Moscou mercredi et jeudi. © Reuters

    Fraîchement arrivé au pouvoir, le gouvernement Syriza a multiplié les gestes à l'égard de Moscou, se prononçant en particulier contre de nouvelles sanctions européennes visant la Russie. Le premier ministre Alexis Tsipras s'y rend mercredi et jeudi pour sa première visite hors Union européenne. Avec Vladimir Poutine, le premier ministre grec partage des intérêts économiques sur plusieurs dossiers et pourrait obtenir une baisse du prix du gaz russe importé.

  • L’ouvrier polonais à bord de l’Europe Express

    Par

    Pour construire ses entrepôts qui doivent fournir l’ensemble des pays d’Europe, le mastodonte du e-commerce Amazon a choisi Wroclaw, en Pologne. Salaires bas, travailleurs bien formés, la ville a tout pour plaire aux investisseurs...

  • « On a besoin d’un euro-scepticisme de gauche, progressiste et démocratique »

    Le gouvernement Tsipras a envoyé mercredi 1er avril, pour la quatrième fois depuis sa prise de fonctions, une liste de réformes détaillées à Bruxelles. Les négociations n'en finissent pas et les critiques se multiplient à la gauche de Syriza. Faut-il en finir avec les institutions européennes ? Entretien avec Panagiotis Sotiris, philosophe et membre du petit parti extraparlementaire Antarsya.

  • Le conflit en Ukraine provoque des déplacements massifs de population

    Par

    Un an après le début du conflit dans l'est de l'Ukraine, au moins deux millions de personnes ont été poussées à l'exil, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays. Les ONG ukrainiennes tentent de faire face à ce phénomène exponentiel, tandis que les autorités paraissent complètement dépassées.

  • Ukraine: les enquêtes sur la centaine de morts du Maïdan n'ont pas abouti

    Par

    C'est un rapport gênant pour les autorités ukrainiennes qui est rendu public ce mardi 31 mars : d'après le Comité consultatif international sur l'Ukraine, les enquêtes au sujet des violences sur le Maïdan au cours de l'hiver 2013-2014 n'ont pas abouti. Pire, le ministère de l'intérieur aurait fait obstruction.

  • La Grèce réoriente sa politique migratoire

    Par et

    Fermeture des centres de rétention et accès à la nationalité pour les enfants nés sur place: le gouvernement grec assume une politique accueillante à l'égard des migrants. Une politique saluée par les associations de défense des étrangers.

  • Alain Guillemoles: «La société civile est active en Ukraine»

    Par
    Vidéo dans l'article Vidéo dans l'article

    Dans un récit qui mêle analyse, rappels historiques et reportages, Alain Guillemoles, journaliste à La Croix, revient sur les événements qui ont marqué l'Ukraine depuis la révolution du Maïdan jusqu'à la guerre dans le Donbass, et met en évidence le sentiment national qui a émergé de ce basculement.