Les carrefours de l'Espagne (1/3) Voyage dans les silences de la mémoire espagnole

Les archéologues ont jeté l'éponge mi-décembre 2009: les fouilles pour retrouver le corps de Federico Garcia Lorca dans les environs de Grenade n'ont rien donné. Le corps du poète andalou, fusillé par les franquistes en 1936, symbole de la féroce répression d'alors, pourrait bien rester enfoui à jamais. Au-delà du cas Lorca, c'est toute la politique mémorielle du gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero qui se trouve mise à mal. Pour Emilio Silva, de l'Association pour la récupération de la mémoire historique, les socialistes ne sont pas à la hauteur. L'entretien de Ludovic Lamant avec cet «activiste de la mémoire» est le premier volet de la série de Mediapart, Les carrefours de l'Espagne. (Dessin de Castelo Mart: un fusillé pendant la guerre civile espagnole.)

Expulsions: la Cimade quitte treize centres de rétention

Depuis vendredi 1er janvier, la Cimade n'est plus la seule association habilitée à intervenir dans les centres de rétention administrative (CRA), aux côtés des étrangers en instance d'expulsion. L'État a sélectionné quatre autres structures, l'Assfam, Forum réfugiés, France terre d'asile et l'Ordre de Malte. Cette situation, qui va se traduire par un plan social à la Cimade, marque l'épilogue de seize mois de bras de fer politico-juridique.

Les patrons ont soigné leurs rémunérations de fin d’année

Faut-il interpréter cela comme un signe de confiance? Ces dernières semaines, les dirigeants des grandes comme des petites entreprises se sont précipités pour réaliser leur plan de stock-options et les revendre par la suite. A la clef, à chaque fois, de solides plus-values. Franck Riboud, le patron de Danone, a ainsi empoché 2,4 millions d'euros. Mais les deux dirigeants de BNP Paribas n'ont pas fait mal non plus: entre juin et décembre 2009, ils ont empoché plus de 2,6 millions d'euros de plus-values.

Les vœux de Nicolas Sarkozy: l'entêtement au risque de la fracture

Sale année pour Nicolas Sarkozy et vœux en conséquence. Fédérateur, sur la défensive, presque modeste, jeudi 31 décembre, le Président a essayé de tourner la page de 2009 en appelant à «l'unité» et à «la fraternité». Sans nier les difficultés, les «peines» et les «nouvelles souffrances», en annonçant que «les épreuves ne sont pas terminées», tout le propos a tourné autour de continuité. En 2010, l'action du gouvernement s'inscrira dans la lancée de ce qui a été préparé en 2009. Des vœux en forme de transition mais, au final, du sang et des larmes: réduction des dépenses courantes, réforme des retraites et des collectivités locales, nouvelle mouture de la taxe carbone... Nicolas Sarkozy persiste et signe.

L'Appel de Mediapart: «Nous ne débattrons pas»

«Nous ne débattrons pas.» Vous êtes désormais plus de 46.000à avoir signé l'appel lancé par Mediapart pour refuser le «grand débat sur l'identité nationale».

Ces artistes contemporains qui exorcisent la Turquie

Minorités, place des femmes, autoritarisme, nationalisme, pouvoir exorbitant de l'armée, manque de démocratie, fanatismes... autant de points noirs de la Turquie contemporaine auxquels les artistes répondent par des œuvres mordantes et pleines d'ironie. Et qui visent à briser les tabous et apaiser les traumatismes.

Une série de reportages avec portfolios sonores réalisés à Istanbul par Clément Girardot

Violences policières: la parole au cinéma (vol. 2)

Opération spéciale sur Mediapart depuis le 10 décembre: chaque jour, diffusion d'un épisode d'un film collectif fabriqué dans l'urgence, en réaction à des violences policières commises cet été, à Montreuil. Une quarantaine d'artistes se sont mis au travail. Deuxième série d'entretiens avec leurs auteurs.

  • Le Club
  • Notre sélection
Choisissez l’indépendance ! Je m’abonne à partir de 1€
  • Accès illimité au Journal et au Studio
  • Participation au Club
  • Application mobile
Je m’abonne à partir de 1€

La rédaction de Mediapart

Les Unes archivées