Notre live-blog de Copenhague Le sommet s'achève par un échec sur toute la ligne

Copenhague est un échec. La nuit de négociations s'était achevée par un projet d'accord. A minima, considéré par tous comme largement insuffisant. Chacun des participants a campé jusqu'au dernier moment sur ses positions et de confuses discussions se poursuivent ce matin. C'est un texte «insuffisant», a commenté Barack Obama, Nicolas Sarkozy parlant de «déception». Les discussions se sont poursuivies dans la confusion samedi matin et cet accord n'a même pas été formellement entériné. Pour découvrir ces dernières heures, lisez le live-blog de notre envoyée spéciale Jade Lindgaard en direct du Bella Center de Copenhague. Cliquez sur l'image ou sur lire la suite.

Lettre à ces messieurs qu'on nomme «grands»

Pas d'accord, des intentions non suivies d'effet. Mais dès le début de la conférence de Copenhague, un sujet avait été écarté: celui de la biodiversité, de la protection des 12.000 espèces menacées d'une disparition rapide. Alors, il faut aussi parler des cigognes, du panda, des plantes, des poissons pour prendre la mesure de cet échec. Ce que fait aujourd'hui Claude-Marie Vadrot, dans sa dernière chronique de Copenhague.

Identité nationale: pour Michel Piron, député UMP, «on est dans un vrai foutoir»

A l'UMP, les langues se délient pour critiquer publiquement le débat sur l'identité nationale. Des députés le font désormais sans plus prendre de pincettes. Entretien avec le député Michel Piron, qui regrette: «Quand on pose de mauvaises questions, on obtient de mauvaises réponses.» Interrogé sur les raisons qui ont poussé Eric Besson à lancer ce débat, l'élu UMP lâche: «Je n'en sais rien, je ne suis pas psychanalyste.» A Bergerac, tout le conseil municipal a signé l'appel de Mediapart «Nous ne débattrons pas».

A Bergerac, un élu UMP refuse «un débat qui stigmatise une population»

Faut-il poursuivre le débat sur l'identité nationale? ABergerac (Dordogne), les élus ont choisi: ce sera non. Jeudi 17 décembre, lors duconseil municipal, les représentants de droite comme de gauche ont votéune motion refusant ce débat et signél'Appel de Mediapart. Tous, y compris l'UMP Adib Benfeddoul. L'élu du parti présidentiel justifie son choix par les «nombreux dérapages» des dernières semaines. Entretien.

Le flop du «débat sur l’identité nationale» vu par la presse régionale

Un tour d'horizon de la presse quotidienne régionale fait apparaître les difficultés concrètes que représente l'organisation du «débat sur l'identité nationale». A quelques exceptions près, les rendez-vous organisés n'attirent pas les foules. Les débats apparaissent confus et se polarisent avant tout sur la question de l'immigration.

L'Appel de Mediapart: «Nous ne débattrons pas»

«Nous ne débattrons pas.» Vous êtes désormais plus de 46.000à avoir signé l'appel lancé par Mediapart pour refuser le «grand débat sur l'identité nationale».

Europe-Ecologie dévoile son modèle électoral francilien

Le rassemblement écologiste veut profiter des régionales de mars 2010 pour «s'ancrer» dans la vie politique française. Porte-drapeau de la deuxième étape de l'aventure écolo en politique, la liste de la région Île-de-France se veut modèle de l'élargissement de l'audience d'Europe-Ecologie. Avec l'idée de concurrencer le PS en étant «majoritaire dans la majorité», avant de formaliser le passage à une nouvelle organisation.

Afghans expulsés: Pinte dénonce les «méthodes fascisantes» de Besson

Ils ont beau être minoritaires à l'UMP, ils ne mâchent pas leurs mots. Après le retour forcé vers Kaboul, dans la nuit de mardi 15 à mercredi 16 décembre, de neuf Afghans interpellés en France, Étienne Pinte, député des Yvelines, et Françoise Hostalier, députée du Nord, dénoncent l'«illégalité» de cette expulsion collective. Ils parlent de «méthodes fascisantes» et de «pratiques coloniales».

Reprise: l'indécent cocorico de Nicolas Sarkozy

Publiée jeudi 17 décembre dans la nuit, la “note de conjoncture” de l'Insee dessine pour la France le scénario d'une reprise «laborieuse» au premier semestre 2010, et une envolée du chômage (graphique). Ce sombre diagnostic vient contredire le chef de l'Etat qui s'était décerné un auto-satisfecit et invite à lui retourner la formule qu'il avait alors utilisée: «On doitquand même honnêtement se dire que la politique économique conduite y est pourquelque chose.» Parti pris.

Délit d'initiés à EADS: le gendarme boursier lave plus blanc

L'annonce de la décision de la commission des sanctions de l'Autorité des marchés financiers a été accueillie avec incrédulité: tous les dirigeants et actionnaires d'EADS, sur qui pesaient des soupçons de délit d'initiés, sont mis hors de cause. Cette décision pourrait se révéler être une bombe à fragmentation, déstabilisant l'AMF et EADS.

Julien Dray: les trois coups politiques du procureur de Paris

Le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, abandonne toute poursuite contre le député socialiste. Il réussit, par ce choix, un triple coup politique qui satisfera grandement l'Elysée: prendre à contrepied les socialistes; défendre la suppression du juge d'instruction; et autoriser l'ouverture d'un procès, celui de la presse. Parti pris.

Jacques Chirac est mis en examen pour «prise illégale d’intérêts»

Comme l’avait annoncé Mediapart mercredi, le juge Jacques Gazeaux, qui achève au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) l’instruction de l’affaire du financement du RPR, a discrètement mis en examen Jacques Chirac, vendredi 18 décembre au matin. L’ex-président de la République a été interrogé sur «terrain neutre» par le magistrat, à savoir dans les locaux du médiateur de la République, à Paris. Lors de sa – courte – audition, M. Chirac s’est borné à lire une déclaration rappelant qu’il s’était déjà expliqué, contestant avoir pris part à tout «système» illicite.

Flashball et rafale d'images

Une vidéo par jour. A partir du 10 décembre 2009 et jusqu'au 20 janvier 2010, sur Mediapart, une quarantaine d'artistes (réalisateurs, graphistes, plasticiens...) présenteront un court film inspiré par les actes de violences policières et les ravages du flashball. Un travail exceptionnel, initié par Nicole Brenez et Nathalie Hubert, peu après la répression d'une manifestation à Montreuil, en juillet 2009, au cours de laquelle un homme de 34 ans a perdu un œil.

  • Le Club
  • Notre sélection
Choisissez l’indépendance ! Je m’abonne à partir de 1€
  • Accès illimité au Journal et au Studio
  • Participation au Club
  • Application mobile
Je m’abonne à partir de 1€

La rédaction de Mediapart

Les Unes archivées