mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne

Mediapart

sam. 1 oct. 2016 1/10/2016 Édition de la mi-journée

En Hongrie, référendum anti-migrants Au pays d’Orbán, voyage au bout de la xénophobie

Le premier ministre hongrois Viktor Orbán, le 22 juillet 2016. © Reuters Le premier ministre hongrois Viktor Orbán, le 22 juillet 2016. © Reuters

On imaginait Sopron, ville hongroise frontalière de l’Autriche, un pied hors de la névrose politique nationale à la veille du référendum anti-migrants du 2 octobre. Or la cité se révèle un miroir des intentions démagogiques du premier ministre Viktor Orbán.

> Hongrie: la «démocrature» de Viktor Orbán, ou les voies du silence
> Hongrie: la dérision politique devient une arme anti-Orbán

Le gouvernement polonais impose une relecture politique de son passé

En 2001, à Jedwabne, Aleksander Kwaśniewski, alors président, prononce les premières excuses officielles au nom de l'État polonais © Reuters En 2001, à Jedwabne, Aleksander Kwaśniewski, alors président, prononce les premières excuses officielles au nom de l'État polonais © Reuters

Après s’être attaqué au tribunal constitutionnel et à l’audiovisuel public, le gouvernement ultraconservateur en place à Varsovie lance de nouvelles offensives: une remise en cause du déjà très restrictif droit à l’avortement et une relecture de la Seconde Guerre mondiale. Gros plan sur cette nouvelle politique historique.

Nathalie Mons: «Le débat public sur l’éducation est très pauvre»

Un rapport du Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco) sur les inégalités sociales en France dénonce des politiques publiques mal pensées et mal évaluées pour l'école. La présidente du Cnesco, Nathalie Mons, décrypte les conclusions de cette étude inédite. 

Alain Juppé, son ennemi, c’est François Hollande

À quelques jours d’intervalle, le président de la République François Hollande et l’ancien premier ministre Alain Juppé se sont exprimés sur la démocratie et l’État. Pour mieux se distinguer du président sortant, le maire de Bordeaux a vanté, à Villeurbanne (Rhône), ses solutions libérales.

Au procès Wildenstein, l’évasion fiscale à échelle mondiale

Guy Wildenstein au Palais de justice de Paris © Reuters Guy Wildenstein au Palais de justice de Paris © Reuters

Les trusts et les sociétés exotiques des Wildenstein étaient censés les protéger du fisc. Ils ont également été utilisés par le clan pour freiner les appétits des secondes épouses, qui ont été spoliées. Une dynastie patriarcale défile, sous l’œil sévère du tribunal correctionnel.

«Spoon River», un trésor poétique exhumé

Spoon River est un classique de la littérature américaine qui n’est que peu connu en France. Une nouvelle traduction nous permet de le redécouvrir. À la joie de lire pareille merveille s’ajoute le plaisir de remonter aux sources d’une lignée poétique moderne.

Le mauvais coup des sénateurs contre la presse numérique

Quatre amendements au projet de loi Égalité et citoyenneté modifient en profondeur le droit applicable à la presse. Sur Internet, la prescription des délits de diffamation serait ainsi quasi impossible, et le désistement du plaignant ne viendrait plus automatiquement clore une affaire.

La mort «hautement suspecte» de Choukri Ghanem, le noyé qui hante Sarkozy

Choukri Ghanem, en décembre 2007, alors ministre du pétrole du gouvernement libyen. © Reuters Choukri Ghanem, en décembre 2007, alors ministre du pétrole du gouvernement libyen. © Reuters

Officiellement, l'ancien premier ministre libyen Choukri Ghanem a été victime d’une crise cardiaque, puis s’est noyé dans le Danube en avril 2012. À l’époque, des mails échangés par Hillary Clinton, alors chef de la diplomatie américaine, et ses conseillers évoquaient une mort « hautement suspecte ».

Primaire de la droite: la France sur ordonnances

 © Reuters © Reuters

La quasi-totalité des candidats à la primaire de la droite veulent « gouverner par ordonnances » dès les premiers mois du quinquennat. Une méthode choc pour réformer l'assurance chômage, la fonction publique ou l'éducation en tordant le bras du Parlement et en prenant de court les syndicats. 

A Hayange, le maire FN ferme le Secours populaire jugé «pro-migrants»

Le maire FN d’Hayange a demandé au Secours populaire d’évacuer le local municipal qu’il occupait de longue date, reprochant à la présidente de l’association caritative de faire « de la propagande pro-migrants toute l’année ». « Le seul combat qu’on mène, c’est contre la misère », rétorque celle-ci. L'association refuse de rendre les clés.

A Madrid, le socialiste Sánchez tente une prise à la Corbyn

Le PS espagnol est au bord de l’implosion, divisé sur la stratégie à adopter face à un éventuel gouvernement minoritaire de Mariano Rajoy. Le dirigeant socialiste Pedro Sánchez, plus fragilisé que jamais, en appelle au vote des militants pour retrouver de l’air. Le scénario de nouvelles législatives en décembre se renforce.

Hongrie: la dérision politique devient une arme anti-Orbán

Par Corentin Léotard et Ludovic Lepeltier-Kutasi

Face à l’autoritarisme du gouvernement Orbán, et à quelques jours du référendum du 2 octobre, la société hongroise ressuscite son humour politique aux confins de l’absurde, qui faisait sa force sous le régime soviétique.

A Paris, les opérations policières contre les réfugiés se multiplient

La politique d’accueil des migrants dans la capitale est illisible : d’un côté Anne Hidalgo s’efforce de faire de Paris une « ville refuge », de l’autre le préfet de police effectue des interpellations massives dans les rues pour disperser les campements de fortune. Les habitants leur venant en aide sont eux aussi visés par des mesures d’« intimidation »

Plus d’Etat dans les banlieues: l’appel de 120 municipalités

Carte postale d'Allonnes, début des années 1970 Carte postale d'Allonnes, début des années 1970

Cent vingt municipalités, réunies au sein de l’association des maires Ville & banlieue, interpellent les candidats à la présidentielle : ce n’est que par un engagement massif de l’État que les quartiers en difficulté pourront relever la tête.

François Hollande se rappelle aux ouvriers du passé

Parler des ouvriers, parler aux ouvriers n’a jamais été le fort de François Hollande. Ce mercredi 28 septembre, il a réhabilité les mineurs grévistes de 1948. Mais la ficelle paraît un peu grosse.

Sarkozy face à Buisson: le traître et l’inspirateur

Des affaires, Nicolas Sarkozy en affronte à tour de bras, et réagit toujours en deux temps : il se pose en victime, puis accuse ses accusateurs, présentés comme des menteurs ou des nuls. Avec le livre de Patrick Buisson, la parade sera plus compliquée.

Peines légères requises au procès des salariés d’Air France

Mille euros d’amende, deux à quatre mois de prison avec sursis: le procureur de la République a demandé des condamnations relativement mineures en ce deuxième et dernier jour du procès dit de la « chemise arrachée ».

Les salariés d’Alstom veulent maintenir la pression

Les annonces du gouvernement pour pérenniser le site Alstom de Belfort, berceau du TGV, sont attendues pour le 4 octobre. Les salariés du groupe ont manifesté mardi. Le PDG, Henri Poupart-Lafarge ne voit pas « d’issue structurelle » pour l’usine.  

La Deutsche Bank, grand corps malade de la finance

 © agefi © agefi

Menacée d’une amende record de 14 milliards de dollars par la justice américaine, la Deutsche Bank est en grande difficulté. En refusant de se porter garant de cette institution au cœur de la machine économique allemande, Berlin a déclenché une déroute boursière pour la banque. La banque, qui détient un portefeuille de 42 000 milliards de dollars de produits dérivés, fait peur à tout le monde.

Joseph Kabila joue les prolongations

Selon la Constitution, Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo depuis 2001, doit quitter son poste le 19 décembre prochain. Une partie de l’opposition l’accuse de vouloir jouer les prolongations, tandis qu’en coulisses se joue une bataille entre Kabila et les Occidentaux, qui ne veulent plus de lui.

«S’ils évacuent la ZAD, ils vont raser un village»

Plusieurs dizaines d’habitants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes réclament le respect de leurs droits en cas d’évacuation de la zone. Leur avocat dénonce l’opacité juridique qui entoure le projet d’évacuation.

La rédaction de Mediapart

Les Unes archivées